Prenez la route de la réussite : apprenez à échouer !

Dernière mise à jour : 20 mai


"Il n'y a qu'une seule chose qui rend un rêve impossible à réaliser : la peur de l'échec." (Paulo Coelho)

Eh, oui, la peur de l'échec est souvent l'un des principaux freins qui nous empêche d'avancer, et donc... de se réaliser.


D'où nous vient cette peur de l'échec ?


1. Déjà, elle est liée à une peur biologique et ancestrale, qui est la peur du rejet : si j'échoue, qu'est-ce que les autres vont penser de moi ? Et si les autres me jugent, vais-je être rejeté ? Sans le groupe et sans les autres, vais-je survivre ? Finalement, la peur de l'échec est intrinsèquement liée à notre instinct de survie.


2. Ensuite, évidemment, elle dépend de notre passé, de notre éducation, de nos expériences. Les gens qui n'ont jamais échoué de leur vie sont souvent tétanisés à l'idée de l'échec, car il n'ont jamais pu expérimenté le constat suivant : on survit après un échec, et même mieux, bien souvent, on rebondit et on en tire profit !

De même, des personnes qui ont trop souvent été confrontées à l'échec sans apprendre à en voir le côté positif et pédagogique, ont pu perdre confiance en elles et développer une paralysie à l'idée de l'erreur.


3. Enfin, il est vrai que la société n'encourage pas forcément l'échec et ne la valorise pas pour ce qu'il est: une occasion d'apprendre ! Quelques exemples ? Le système éducatif français, et bien souvent aussi, le monde de l'entreprise, ne nous encourage pas à prendre des risques, enracinant ainsi notre peur de l'échec. A l'école, réciter par coeur, sans donner notre avis sur le sujet, c'est être certain de donner à l'autre la réponse qu'il attend. Au travail, faire les tâches qu'on nous demande sans utiliser sa créativité ou sortir de sa zone de responsabilité, c'est être sûr de ne pas faire de faux pas. Résultat, depuis toujours, on a appris à rester dans notre zone de maîtrise, de compétences, à ne faire que les choses qu'on sait déjà faire, et à ne pas trop prendre de risque. Par peur de se tromper, de rater, d'échouer, on choisit bien souvent de rester dans sa zone de confort. Cette zone de confort est rassurante parce qu'elle est connue, maîtrisée, sans (mauvaises, mais sans bonnes non plus !) surprises.

Dépasser la peur de l'échec

Sauf que... Comme dirait Tal Ben-Shahar, "si l'on n'apprend pas à échouer, on échoue à apprendre". Réaliser ses rêves, apprendre, développer son potentiel, nécessitent de s'aventurer hors des sentiers battus. Mais c'est aussi pour cela qu'elle est un peu ennuyeuse parfois, ou qu'elle nous empêche d'aller au devant de nos rêves.


Aucun entrepreneur n'a monté sa structure sans explorer des niches et des marchés inconnus. Aucun chef d'entreprise n'a motivé ses équipes sans tester des méthodes de management innovantes. Aucun parent n'a trouvé le bon moyen de communiquer avec ses enfants sans essayer des méthodes originales. En bref ? Pour réussir dans quelque chose, il faut essayer des nouvelles méthodes, des nouveaux outils, des nouvelles techniques. Etre créatif et sortir des sentiers battus. Et essayer, cela veut dire... parfois échouer. Cela vous effraie? C'est bien la preuve que votre peur de l'échec est bien enracinée, et qu'elle est à déconstruire. Comment faire ? Quelques conseils pour apprendre à échouer


▪️Comprenez le lien entre échec et apprentissage L'échec permet de mieux se connaître, d'identifier ses axes d'amélioration, de corriger le tir, pour faire mieux la fois suivante et ... réussir de plus en plus souvent ! L'échec est en fait un pré-requis d'un succès à plus long terme. C'est une information précieuse qui nous indique comment progresser pour mieux faire la prochaine fois. Pour cela, prenez le temps de faire le bilan de chaque essai manqué, pour comprendre et mieux faire la fois d'apprendre.


▪️Relativisez vos erreurs Franchement, pensez-vous que dans 5 ans vous vous souviendrez de votre sale note à votre examen de math ? De votre entretien d'embauche manqué ? De cette réunion où vous vous êtes mis à bégayer ? Prendre de la hauteur et du recul sur un échec est une très belle moyen de le transcender. Pour cela, demandez-vous quelle place cet échec aura dans votre vie dans 10 ans. Très souvent, vous réalisez que cette place sera nulle.


▪️Réalisez que même les plus grands ont échoué Edison a inventé "1000 façons de ne pas inventer l'ampoule" avant de réussir à en créer une, Abraham Lincoln a manqué plusieurs fois sa place au Congrès avant de devenir Président des Etats-Unis d'Amérique, Steve Jobs a été renvoyé d'Apple avant de bâtir son Empire. Aucun n'a eu un parcours sans tâche vers le succès. C'est d'ailleurs parce qu'ils ont su échouer, puis apprendre de leurs erreurs, qu'ils ont connu le succès par la suite !


▪️Laissez un peu de côté votre perfectionnisme La vie est faite de détours, et la route vers l'épanouissement n'est jamais linéaire. Pour progresser, le tout est d'accepter de tâtonner, de se chercher, d'essayer, et parfois de se tromper. Oui, il est normal (et même sain !) de douter, d'avoir peur, de faire pas des en arrière de temps en temps, tant que... l'on avance ! 👉 Si vous n'échouiez jamais, votre vie serait si lisse que cela en deviendrait peut-être ennuyeux. Vous n'apprendriez pas. Echouer de tant à autre, c'est tout simplement faire l'intégralité de l'expérience humaine, faite de ces hauts et de ces bas. C'est ce qui donne piment et saveur à la vie.


Affronter sa peur de l'échec est un apprentissage qui se construit pas à pas


Vous vous sentez un peu plus serein à l'idée de l'échec ? Peut-être, mais bien souvent, entre déconstruire cognitivement sa peur de l'échec, et arriver à y faire face dans sa vie, il y a un monde. Votre cerveau a besoin d'être rassuré, à l'idée que l'échec n'est pas dangereux. Vous pouvez le lui expliquer rationnellement, mais cela ne lui suffira pas. IL a besoin de le VIVRE, de le ressentir. Et pour franchir ce pas, pas de secrets... :

  • Aventurez-vous en dehors de votre zone de confort, expérimentez chaque chose des choses différentes, et apprenez de nouvelles façons de faire.

  • Explorez des horizons nouveaux : nouvelles destinations de voyage, nouveaux métiers, nouvelles activités et loisirs, nouvelles rencontres.

  • Identifiez vos rêves et listez toutes les "mini-étapes" qui peuvent pour rapprocher de ces rêves, et réalisez l'une de ces petites étapes chaque jour. Ex: Vous voulez changer de job ? Mettez votre CV à jour le lundi, envoyez une candidature le mardi, contactez un ancien collègue pour lui demander s'il a des postes ouverts dans son équipe le mercredi...

  • Sachez prendre des risques mesurés : vivre dans le 100% rassurant est peut-être très confortable, mais cela ne vous fera pas progresser dans votre vie, et à terme cela risque même de devenir ennuyeux! Je vous recommande par ailleurs d'écouter l'épisode du podcast "rendre sa zone d'inconfort confortable" qui vous expliquera concrètement comment apprivoiser la nouveauté.


Il n'y a qu'ainsi qu'en explorant de nouveaux horizons que vous apprendrez à échouer et... il n'y a qu'en apprenant à échouer que vous avancerez vers votre réussite ! C'est un cercle vertueux. Alors, mettez vous en mouvement !


Et si nous essayions, ensemble, de vous guider vers une meilleure connaissance de vous-même, pour aboutir à la réalisation de votre potentiel et de vos rêves ?


Vous avez ici une vidéo un peu plus approfondie sur la confiance en soi, ou bien vous pouvez découvrir le parcours vidéo-coaching pour Booster sa confiance en soi ! Je vous propose aussi des séances de coaching sur-mesure, pour mieux croire en vous et vous aimer, apprendre à oser, et avancer en confiance vers les projets qui vous tiennent à coeur. Réservez votre RDV découverte GRATUIT.


Et trouvez plus d'astuces sur mes pages LinkedIn ou Instagram 👍 ou dans les épisodes de mon podcast.


133 vues0 commentaire